Terrorisme au Sahel : un Algérien nouveau chef d’AQMI

L’organisation terroriste dénommée Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) vient de se doter d’un nouveau chef en la personne de Abou Oubéïda Youssef, après la récente mise hors d’état de nuire de Abdelmalek Droukdel, tué en juin dernier, lors d’une opération militaire de l’armée française aidée par les renseignements américains, au nord du Mali.

Le nouveau chef terroriste, de son vrai nom, Moubarak Yezid, dit  Abou Oubéïda Youssef, dont la désignation a été rendue publique dans une vidéo de la sinistre organisation, liée à Daesh, est un ressortissant algérien, qui avait sévi en Algérie, notamment, lors des attentats meurtriers perpétrés en 2007, contre des bâtiments officiels à Alger. Cette nomination vient confirmer que cette organisation terroriste est loin de faiblir malgré les coups de boutoir que lui donnent régulièrement et sans convaincre, les forces françaises installées au Mali, depuis près d’une décennie. Beaucoup d’experts se demandent du reste comment, l’armée française, comptant parmi les armées les plus puissantes au monde, disposant de moyens militaires et technologiques sophistiqués n’arrivait pas à débarrasser la région d’une organisation criminelle comptant dans ses rangs des gueux. Certaines voix affirment non sans raison, que c’est justement la persistance dans la région de cette organisation, qui justifierait la présence de l’armée française, qui sous couvert de lutte antiterroriste, s’installe durablement dans la région pour protéger de gros intérêts économiques, notamment ses mines d’uranium au Niger et autres matières premières subsahariennes nécessaires à faire tourner l’économie française. A preuve, Paris mais aussi sa voisine Rome, avaient récemment négocié la libération de quelque 200 terroristes incarcérés au Mali (pays en crise politique) en contrepartie de la libération par de trois vieux humanitaires, une française, et deux italiens, ainsi que le versement d’une confortable rançon aux criminels. L’armée algérienne au aguets, a du reste arrêté il y a peu, deux de ces terroristes libérés, des ressortissants algériens, qui étaient en route pour certainement préparer quelques attentats en Algérie. Malgré l’annonce par Alger de ces arrestations, ni Paris ni Rome n’ont réagi à cette nouvelle qui les implique de but en blanc.

A. M.

You May Also Like